Drakes Island (Maine, États-Unis)

April 3, 2017

 

 

 

UNE PREMIÈRE. D’une longue série d’aventures; les péripéties internationales et rocambolesques de notre famille. Du moins c’est ce que nous avions en tête quand notre projet de famille a éclos en 2009, avec la venue au monde de notre Charles, premier de sa lignée. Six ans, un deuxième marmot et un diagnostique d’autisme sévère dans nos bagages, les projets de voyages extravagants et de découvertes émerveillantes furent progressivement tabletés pour faire place à des routines redondantes et des suivis médicaux épuisants. Les stéréotypes de la vie avec un enfant handicapé ne nous ont pas épargnés, gagnant du terrain et prenant parfois le dessus sur le moral des troupes. Prisonniers des limbes de la roue travail-boulot-dodo-change-la-couche-d’un-enfant-de-5-ans, nous n’avions toutefois pas dit notre dernier mot.

La latente fibre du voyageur aventurier n’a jamais cessée de nous titiller et en 2014 (et 2015), l’opportunité d’un séjour sur les rives du Maine dans une maison typique de la côte Est américaine s’est manifestée. Et nous avons fait le grand saut.

Le Grand Saut, oui. Pour Charles.


Minute Autisme #124 : Une caractéristique souvent observée chez le Charlipou d’Amérique dans son habitat naturel, il apprécie la constance de sa routine perpétuelle et infinie. Une créature d’habitude prévisible, il abhorre le changement, l’inconnu et l’attention non-sollicitée de son entourage; des éléments qui trop souvent vont alimentés des crises d’anxiété majeures nécessitant un retrait rapide, le temps de se ressourcer et d’éviter la destruction de mobilier et les ecchymoses collatérales.

Ainsi, nous étions sur le point de quitter le nid douillet routinier de notre maison si rarement quittée pour se plonger dans, ciel, un autre code régional ! Et contraire à toutes nos attentes, le résultat fut tout sauf prévisible…

LA PLAGE. Tous nos plans d’urgence et stratégies de secours visant à palier aux crises anticipées de décibels explosives prirent le bord quand, le cou bien étiré pour voir de par sa fenêtre de portière, Charles a entrevu la plage de Drakes Island, dans la municipalité de Wells, Maine. Plages, bateaux, homards et palourdes (royales ?), nous voilà ! Le premier constat que nous avons déduit au terme
de ce séjour fut que la plage, cet entité d’eau, sable, ciel bleu et d’horizon, est synonyme de plaisir, et surtout, de sérénité aux yeux de notre fils. À défaut de ne pouvoir s’exprimer verbalement, on pouvait déceler dans sa gestuelle ralentie, son regard posé et constant, dans son absence d’anxiété, une réelle appréciation et satisfaction profonde, un état de grâce en quelque sorte. Et ce fut une révélation. Se coucher dans le sable, pourchasser les vagues, jouer avec son frère… faire pipi dans l’eau, aussi. Et trouver ça bien drôle... c'est un petit garçon, avant tout le reste.

 

Surtout, regarder au loin pendant de longues minutes. Sérénité et autisme sont diamétralement opposé, tout parent d'enfants TSA vous le dira. Ces moments de quiétude, si rares soient-ils; ils résonnent tellement ils contredisent notre réalité :) 

 

Nous avons tellement apprécié notre expérience en 2014 que nous avons récidivé en 2015; même maison, mêmes dates, même plage. Le facteur "anxiété" fut d'autant plus réduit pour ce deuxième séjour puisque Charles revenait en terrain connu, renouant ainsi avec un souvenir positif.Une expérience dupliquée avec succès!

 

CE QUI MARCHE. Drakes Island et sa plage ont la particularité de n'être accessible qu'aux résidents de l'île, en grande partie, pour la simple et bonne raison qu'il n'y a pas de stationnement public outre la dizaine d'espaces à la plage au bout de l'île. Les espaces restreints et les foules font rarement bon ménage avec les autistes, si bien que de pouvoir bénéficier de grands espaces ouverts constitue un avantage clé. La maison que nous avions loué, The Restigouche, comprenait toutes les commodités; 3 chambres, cuisine, salon et télévision, ainsi qu'un spacieux porche moustiquaire avec mobilier... une fois les enfants couchés, cet environnement de quiétude et de confort procure un grand bien à papa et maman, qui sont en vacances, eux aussi ! Ogunquit et Old Orchard sont à proximité pour les voyageurs qui cherchent de la variété. Les fines bouches et les amateurs de fruits de mer trouveront également de quoi se mettre sous la dent.

 

CE QUI MARCHE MOINS. À l'exception d'un parc et d'un terrain de tennis, la plage demeure la seule attraction digne de mention pour une famille atypique comme la nôtre. Il est bon de prévoir des activités et des jeux qui sauront captiver votre enfant à besoins particuliers ;)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

L'Islande en "camion de camping"

August 23, 2017

Sandbanks, Ontario

April 3, 2017

1/2
Please reload

You Might Also Like: